Sauvons le chateau de Noisy

1521588_496435907144677_1050106917_nLa nouvelle est tombée dernièrement. Le chateau de Noisy, appelé également par la communauté urbex « le chateau Miranda », considéré par son propriétaire comme très dangereux compte tenu de son état de ruine avancé, fera l’objet prochainement d’un permis de démolir …

Resté majestueux même dans sa ruine, il suscite encore bien des passions et des curieux prêts à tous pour visiter ses couloirs caduques. A l’abandon depuis 20 ans, il suscite encore l’émoi que regorge les chateaux des contes de fées.

Démolir c’est l’unique solution envisagée par le propriétaire puisque le bâtiment n’offre que peu d’intérêt sur le plan patrimonial, ce serait donc l’unique solution envisagée par le propriétaire. Les autorités locales partagent sa préoccupation. « Il est difficile de faire autrement vu les problèmes sécuritaires touchant le bâtiment ». Il y a aucun projet pour le châteaux pas de promotions et beaucoup de frais de rénovation.
Le château de Noisy a accueilli durant plus de 20 ans les enfants du personnel de la SNCB. Mais beaucoup de personnes restent encore très attachées à ce lieu. Ces gens ont lancé une pétition sur internet pour s’opposer à la démolition.

Cliquez ici pour accéder à la pétition en ligne

Le week-end dernier, une manifestation a été organisée en vue de protester contre le projet de démolition.

Une cinquantaine de véhicules venus de Belgique, d’Espagne, des Pays-Bas ou encore d’Angleterre se sont rendus samedi matin sur le parking de la gare de Gendron-Celles pour protester contre la demande du permis de démolition du château. «Le parking d’où nous avons démarré était rempli. Nous effectuons la manifestation en voiture car 14 km séparent la gare de Gendron-Celles de l’espace citoyen où nous attend le bourgmestre. La file de véhicules fait environ 100 mètres de long, soit une cinquantaine de voitures. La manifestation se fait dans le calme avec toutefois beaucoup de coups de klaxon», a précisé l’organisateur de l’événement, Alain Maes.

En fin de manifestation, Alain Maes a remis la pétition lancée le 31 décembre (qui a des relais en Espagne et en Allemagne) au bourgmestre de Houyet, Yvan Petit. Elle comptabilisait presque 7.000 adhérents à la mi-janvier.

Source de la photo : groupe « Chateau de Noisy » sur Facebook …

Comments

comments

amelie Écrit par :

Soyez le premier à commenter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *