L’imprimerie Zodiac

J’ai mis le temps avant de publier cette série, à vrai dire nous remontons ici en 2018. Le bon temps, sans COVID, confinement, gestes barrières, ni masques, vous vous souvenez ?

A l’époque j’étais donc allée avec Guillaume faire un petit road-trip pour visiter dans un premier temps La faculté de chimie, mais je n’avais pas senti la première fois ce spot étant donné que nous y avons vu des ouvriers. Nous voilà donc continuant d’arpenter les routes jusqu’à ce spot, une imprimerie qui avait fermé, visiblement depuis pas mal d’années.

C’est un vrai complexe composé de plusieurs bâtiments que nous pénétrons, et l’accès est relativement facile. Je me rends compte que pas mal de choses ont été laissées sur place, des dossiers, des meubles, mais chemin arpentant, je balise sur un bip suspect … ou plutôt une série de “bips”. Guillaume, qui avait déjà visité le lieu me dit que c’est normal, et que l’électricité est encore fonctionnelle !!!

Le bureau du boss, très sympa !

Je reste abasourdie par tous les éléments encore présents, et mon coup de foudre va droit dans les open-spaces où traînent des vieux ordinateurs, ainsi que des supports d’une autre époque, lecteurs DAT, disquettes ZIP, licences de Windows 2000 …

Le bureau des geeks

Ça me rappelle mes années étudiantes, où je bénéficiais avec mon chéri de l’époque d’un petit local où nous stockions plein de matériel “recyclable”, et je me sens nostalgique. Guillaume me montre la salle des serveurs, et l’écran s’allume d’un clic de souris ! Étonnant en sachant que l’entreprise a bel et bien mis clé sous porte et a été mise en liquidation judiciaire.

Ça et là, des banderoles témoignent des derniers mouvements sociaux, tout est resté sur place, mis de côté, figé dans le temps. Chemin faisant, nous tombons sur l’endroit le plus intéressant : la salle des rotatives !

Printing spaceship – un coin qui a reçu un coup de cœur <3

Les machines sont à l’arrêt complet, les journaux en cours d’impression figés dans leur mouvement. Ils ne seront jamais distribués. Pourquoi n’a-t-on pas attendu la fin des cycles d’impression, pourquoi avoir tout laissé en suspens ?

Les dates sont variés, mais l’année la plus récente que je relève est 2014. Certainement le dernier jour, où les grèves n’ont plus servi à rien et que tout s’est stoppé net à ce moment là.

La série complète :

L'imprimerie ZodiacL'imprimerie ZodiacL'imprimerie ZodiacL'imprimerie ZodiacL'imprimerie ZodiacL'imprimerie ZodiacL'imprimerie ZodiacL'imprimerie ZodiacL'imprimerie ZodiacL'imprimerie ZodiacL'imprimerie ZodiacL'imprimerie ZodiacL'imprimerie Zodiac

Comments

comments

Soyez le premier à commenter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.