La clinique “Ravage et désolation”

Im Memoriam.

La vie nous offre parfois son lot de douleurs, de coups durs, et ce personne n’y échappe, comme dit Pierre Lapointe dans une de ses chansons “même le plus fidèle des apôtres finira par mourir un jour où l’autre”. Pour me changer les idées, et aller de l’avant, je pars faire une tournée de spots avec “Guillaume de feu-bararuines”. Cependant nous aurons beau tourner, toute la journée, tomber sur des spots gardés, fermés, voire habités en bonne et dûe forme, nous n’arrivons qu’à cette clinique complètement détruite en un peu de temps. Tiens une clinique, et qui reflète mon émotion.

Complètement fracassée.

J’ai trouvé peu d’éléments à propos de cet établissement, un EHPAD ouvert en 1988 et probablement fermé en 2018. Il pouvait accueillir 25 personnes. Bref, encore un établissement médical qui ferme, des gens au chômage, etc etc …

Je n’ai pas envie de rentrer bredouille, mais comble du pire, les entrées ont été murées, ce qui rend la tâche peu aisée et me pousse à escalader un portail à piques. Je n’aime pas escalader les portails, j’ai le vertige, et je m’écorche bien les mains ce faisant.

Dedans plus rien à voir, les lits sont éparpillés, les téléviseurs fracassés, les faux-plafonds vampirisés. Plus rien à grignoter et ça sent super mauvais, relans de brûlé, d’urine. Seule une salle requiert mon attention, car elle contenait des choses intéressantes, probablement un laboratoire, mais d’autres n’ont pas été de mon avis …

Ce qu’il reste du labo.
Une échographie ?

Le tour du propriétaire a été vite fait. Quelques photos prises, pour l’émotion, la catharsis. Ce que j’ai dans les tripes en cet après-midi de février. Dehors, des ados hardis font également une visite et sautent de mur en mur, ils me font penser aux audacieux dans “Divergente”, j’envie leur cran.

Au jour où j’écris l’article, je suis plus en paix, même si ces derniers jours n’ont pas été tout roses. ça me fait penser d’autant plus que ma vie est limitée, que je dois en profiter, laisser ma trace, et que tout a une fin. Tout. Même les endroits, les cliniques, et les gens qui en sont “partis” …

D’ailleurs … au vu de la date ça fait déjà un mois jour pour jour que tu nous a quittés … mais tu resteras là, quelque part, dans mon coeur.

Va vers la lumière …

Comments

comments

Soyez le premier à commenter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.