Le Château Agrippine

Cela faisait quelques temps que je n’avais pas fait d’exploration (oui, un mois c’est beaucoup), et ça commençait à me manquer.

Ça combe bien, Guillaume-de-Bararuines (on ne change pas une équipe qui gagne) me propose de venir avec lui en sortie, et je le suis volontiers. Le matin, il me fait visiter une secte perdue dans la cambrousse que vous découvrirez plus tard, et sur la route, il me montre une allée de platanes avec un bâtiment au fond, tout en m’expliquant qu’il avait déjà repéré ce spot, que ça sentait bon l’abandon, et que nous irions très certainement vérifier au retour.
C’est ainsi qu’après la secte, nous nous garons devant l’allée, nous rassasions avec une bonne bière Écossaise et quelques chips, l’urbex creusant les appetits, puis nous allons voir ce que le lieu a dans le ventre.

En effet, plus nous avançons, plus le lieu semble délabré. Il y a une grange qui doit encore servir, vu qu’elle sent très fort l’étable. Mais le reste des bâtiments semble bien abandonné, voire dévoré par la végétation …

Bienvenue …

Nous nous demandons comment entrer là-dedans. Nous y allons gaillardement, je prends un bâton et marave de bon cœur les broussailles, ce qui n’est pas sans rappeler les mésaventures du Palais du Sultan.

Au final nous arrivons dans un espèce de hall d’entrée, et découvrons qu’une entrée plus simple existe … La première des choses qui nous intrigue, c’est l’étoile de David peinte sur le mur … sommes-nous dans une ancienne synagogue ?

Le hall et son Etoile

Nous sommes surpris de l’état des lieux, bien que le sol soit recouvert d’une espèce de sable. Nous pensons d’abord à la mérule, mais en grattant les murs, je me rends compte que le problème vient de la pierre, qui tombe en poussière : quelque chose doit l’attaquer, ou elle est tout simplement poreuse. A vue de nez, cela doit faire plus de trente ans que ce château est délaissé. Nous trouvons des prospectus divers, les plus récents remontent à 1989, avec des prix en Francs et des numéros de téléphone à 8 chiffres … le coup de vieux !

En faisant mon chemin, je remarque la présence de livres et supports scolaires, dans ce qui devait être un placard … je me demande si ce n’était pas une ancienne école, en fin de compte.

Bibliothèque verte et manuel du professeur

C’est là que je réalise que je me trouve dans un lieu où seule la nature reprend ses droits … aucun tag, peu de casse … ça change tellement des sports urbains qui subissent les dégradations humaines, et je suis littéralement sous le charme de ces murs !

Cette pièce, plongée dans l’obscurité, a été mon coup de cœur

Mon collègue est moins conquis que moi, mais il trouve le spot toutefois mignonnet … tout en n’étant pas rassuré par la solidité des sols de l’étage. J’y passe donc un peu plus de temps, et remarque la présence d’adolescents qui se promènent devant. Ils ont néanmoins plus peur de nous que l’inverse (peut-être nous ont-ils pris pour les propriétaires, avec nos appareils photos ?) et s’enfuient en nous voyant.

Au final, nous ne savons pas grand-chose de ce domaine mystérieux … à part cette vieille photo que Guillaume a réussi à dénicher …

Difficile de reconnaitre notre entrée sans les ronces …

Nous repartons ainsi, intrigués mais enchantés, nous ne pouvons que supposer le passé du domaine, et nous jetons un dernier regard à cette allée de platanes qui rendent un éclat majestueux à notre terrain de jeu de l’après-midi …

Plus de photos :

Comments

comments

Soyez le premier à commenter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.