La papeterie du vent

J’avais envie de faire ce spot depuis pas mal de temps, et j’avais vu des photos circuler. Après avoir failli le faire cet été avec une personne qui m’a fait faux bond, j’ai décidé de profiter d’une pause entre deux missions professionnelles pour aller y faire un tour, même si ce n’est pas la porte à côté.

Les environs sont jolis à visiter, ça me revigore de pouvoir faire une sortie après tant de confinements, c’est un peu un goût de voyage sans aller à l’étranger. Arrivée au village, je marche tranquillement vers l’usine, GPS en mains.

A propos du lieu

Cette papeterie a fait l’âge d’or de toute sa région, et ce depuis le XVIe siècle !! Il s’agit ici d’un véritable complexe qui utilise l’énergie hydraulique pour alimenter les machines. Nous voyons clairement sur les vues aériennes que ces 40 dernières années, le lieu n’a fait que s’agrandir et se moderniser.
Pourtant en 2009, le couperet tombe : les usines ferment, malgré tous les mouvements sociaux qui ont éclaté, les salariés se voient rétribuer de maigres indemnités. C’est ici un vrai patrimoine industriel livré au temps et aux dégradations …
Aujourd’hui le sort des papeteries est incertain, deviendront-elles un hôtel de luxe ? un centre sportif ?

Les papeteries en 1973
Les papeteries en 2009

Un lieu immense …

Donc, j’entre dans les lieux et suis surprise de son immensité … et surtout de la variété des bâtiments que nous pouvons y trouver, dont un vieux moulin à priori ici depuis toujours. Il est midi, je me propose de manger rapidement devant l’entrée, ce qui me permettra de tâter le pouls de l’usine et de savoir discrètement si je suis seule ou non. Tout est isolé dans la nature, dans un vrai bosquet où des écureuils sautent de branche en branche, mignon. Je reprends ensuite ma route, en priant pour que tout se passe bien.

Oops …

Je ne me sens pas rassurée, tant tous ces bâtiments me paraissent gigantesques. Je commence par m’engager sur une allée, une première partie est visiblement un siphon où l’eau coule encore les dédales de béton à grande vitesse. Je fais attention, un faux pas et je ne serai plus là pour vous taper ce compte-rendu !

Puis plus loin ce sont essentiellement des anciens bureaux envahis de carcasses d’ordinateurs, à vrai dire c’est pas mal fracassé et les vandales ont trouvé de quoi s’occuper. Si je maudis à ce moment-là la nature humaine destructrice, une vieille hantise vient de parcourir … j’ai peur de tomber sur un cadavre ou de faire une mauvaise rencontre. Ici c’est ambiance préfabriqué, des pièces complètement démontées avec du matériel informatique par terre. A l’étage, toutefois un grand hangar avec pas mal de choses, mais je ne peux pas m’aventurer au bout, tant le sol est recouvert de minuscules billes, probablement des résidus de roulements.

Mais sur une autre allée, les bâtiments semblent plus anciens, l’architecture est assez sympa, et de grands entrepôts sont précédés d’une petite maisonnette.

Mignon.

Probablement là où devaient se trouver les machines. Il y a d’autres entrepôts de taille plus réduite couverts de graphs qui eux semblent plus dédiés au stockage. Dans des temps anciens, il y avait des cheminées, mais elles ont été démolies, offrant sur les toits accessibles deux gros trous. Il me faut rester attentive, je n’ai pas envie d’avoir un accident.

Un peu les mêmes en plusieurs fois …

Plus j’avance, et je continue de voir des bâtiments, notamment les bureaux qui devaient servir de secrétariat et d’administratif, et le C.E. Rien de bien transcendant, ce sont des pièces vides, pas grand-chose d’intéressant à photographier. Plus loin, le réfectoire, muré. Les cuisines s’offrent toutefois à mon objectif, comme ça c’est fait, clac ! A vrai dire j’aurais pu passer par la fenêtre pour visiter, mais ceux qui connaissent savent toujours que je pars en exploration en oubliant quelque chose. Une fois, ce sera le support de mon trépied, la deuxième ce sera mon couteau suisse, la troisième sera … ma lampe … pime !

Après trois heures de visite, je décide de repartir chez moi en ignorant qu’il y avait un autre annexe à ces papeteries un peu plus loin … mais l’heure avance et je suis déjà grillée pour le couvre-feu … Une autre fois, j’espère ?

Galerie

IMG_2538-HDRIMG_2426-HDRIMG_2532-HDRIMG_2529-HDRIMG_2433IMG_2442IMG_2446IMG_2448-HDRIMG_2453-HDRIMG_2457-HDRIMG_2465IMG_2475-HDRIMG_2469-HDRIMG_2468-HDRIMG_2478-HDRIMG_2523-HDRIMG_2519IMG_2511-HDRIMG_2508IMG_2505-HDRIMG_2494-HDRIMG_2483

Comments

comments

2 Comments

  1. S Richard
    22 avril 2021
    Reply

    Bonjour et merci pour ces photos pouvez-vous me dire si à ce jour ce lieu est toujours ouvert et dans le même état et à quel endroit car j’aimerais faire des photos pour mon blog perso Cordialement Richard *** (modéré)

    • amelie
      26 avril 2021
      Reply

      Bonjour,
      Je rappelle qu’en urbex les adresses ne sont jamais divulguées. Sinon, ce lieu est toujours ouvert et dans le même état, je l’ai fait en février dernier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.