La secte des soleils nouveaux

Il y a des endroits où l’on se sent très mal à l’aise. Celui-ci en fait partie, tout simplement parque qu’on ne sait pas les raisons de son abandon, ni si celui-ci est abandonné.

Me voilà avec Guillaume (dont voici son compte-rendu avec photos) durant cette journée de février, cela faisait longtemps que je n’avais pas fait d’urbex et ce lieu s’annonçait sûr car un autre explorateur du dimanche que je connais s’y était retrouvé. Chemin faisant, il me raconte quelques déboires de ses dernières explorations qui avaient failli tourner très mal et ça ne m’a pas rassurée. Nous nous garons assez loin du domaine et faisons un bon chemin à travers champ, n’hésitant pas à côtoyer des troupeaux de taureaux. Pourtant depuis le temps et 8 ans d’urbex, je me croyais aguerrie, je sentais les endroits et pense savoir quoi faire dans certaines situations.

J’arrive devant la maison, et je bloque. Je vois des traces de travaux récents, et du coup me dis que le lieu est en possible réhabilitation. Guillaume n’est pas plus rassuré mais il entre. Après être restée devant la porte pendant cinq minutes, je me dis que c’est bête. Après tout j’ai bien fait des mois de coaching avec Franck Nicolas, il faut bien que ça paye un jour ! Allez, je me secoue donc les chakras, et j’y vais !!!

Et effectivement, il y a beau y avoir des traces de travaux, je me rends compte que dedans, peu de gens y ont mis les pieds depuis sa fermeture, on y sent un mélange de poussière et de moisi … il y a plusieurs pièces, un grand salon avec cuisine américaine, quelques chambres et des pièces sans importance …

Le lieu n’est donc pas si grand, et peut accueillir moins d’une dizaine de personnes …

Des documents trainent ici et là, attestant du courant de pensée, nous informant qu’il s’agit bien là d’une secte répertoriée par la Miviludes et pas d’un simple lieu de retraite spirituel.

Ce fondement a été établi au début du 20eme siècle par un Européen qui a voulu bousculer les fondements du Catholicisme, en y ajoutant les concepts du Bouddhisme et de l’Hindouisme, le tout, entouré d’une aura de bien-être et d’unicité avec la nature et les éléments (oui désolée j’ai copié ta phrase, Guillaume ^^). Du coup on y retrouve pas mal d’éléments qui attestent ce mélange, dont des Bouddhas, notamment dans les chambres :

Comme je l’ai dit, je n’ai pas fait de vieux os. A l’étage, il y avaient de grandes salles parsemées de tatamis, (probablement des salles de prière ou de méditation) mais qui étaient fermées. Je n’étais pas inspirée pour les prendre en photo, je voulais partir, vite.

Nous avons tout bien refermé et nous sommes repartis pour notre marche, en discutant de l’utilité des retraites spirituelles, loin de toute civilisation. Avant de nous diriger vers le Chateau Agrippine.

Comments

comments

Soyez le premier à commenter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.